Introduction

 

Le paludisme sévit dans le monde et près de 60% de la population mondiale y est exposée. Plus de 500 millions de personnes sont touchées chaque année et entre 1,5 et 2,7 millions y succombent. C’est l’Afrique subsaharienne qui paie le plus lourd tribut au paludisme. Dans cette région du monde, les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes sont très fréquemment atteints.

Au Burkina Faso, le paludisme est la première cause de décès et d’hospitalisation. En 2007, 5 438 787 cas de paludisme ont été enregistrés dans l’ensemble des formations sanitaires du pays, avec 11 955 cas de décès, d’après le Programme National de Lutte contre le Paludisme du Burkina (PNLP).

Ces chiffres alarmants qui ne cessent de croître reflètent clairement l’expansion rapide et incessante du paludisme, que rien ne semble pouvoir arrêter. Cette constatation nous amène ainsi à nous demander pourquoi le paludisme, maladie dévastatrice, sévit encore aujourd’hui.

Afin  de répondre à cette question plus que jamais d’actualité, l’étude de la pandémie sera dans un premier temps axée  sur la situation du paludisme dans le monde, puis réorientée vers un point de vue scientifique. Nous nous concentrerons ensuite sur les préventions et les traitements mis en œuvre pour contrer la maladie, avant de terminer par les problèmes majeurs qui justifient en partie le progrès retardé des solutions.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site